J’ai opté pour l’abstraction depuis toujours.

 André Malraux a dit: avant l’homme ou l’arbre, le peintre aime avant tout  la  peinture, les taches, les couleurs, les formes, en dehors de tout référent...

 ça me convient !

 Très tôt mon admiration va vers Paul Klee, De Staël, Zao Wou-Ki, Olivier Debré,    pour ne citer qu’eux. Pourquoi l’abstraction ?

 et bien je crois que l’intellectualisation de la peinture m’ennuie profondément .... par contre la recherche d’une relation intime et profonde avec la peinture 

 elle-même, son odeur, sa texture, me comble... la découverte d’une couleur, la fascination qu’elle exerce, puis la recherche de la lumière comme une présence mystérieuse.
 Tout l’inverse d’une analyse théorique !

 C’est la recherche d’une expérience vécue et sentie sans commentaires  particuliers.
 J’aime les déséquilibres, agencer les couleurs dans des constructions bousculées,

 les coulures accidentelles ou maitrisées. Le langage des couleurs est universel,

 il raconte une histoire qui permet la rencontre avec la peinture,

 avec une réalité privée de formes.
 L’abstraction est pour moi une évidence plus qu’un choix.
 C’est une aventure, une exploration de tous les possibles, un chemin  d’étonnement partagé.
 Pour toutes ces raisons je peins, je joue avec les couleurs, les craquelures,

 les épaisseurs, les transparences, j’avance, la peinture m’apprends,

 la couleur me guide.

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Christiane Millan